Paul a un travail d’été – Michel Rabagliati

Après avoir quitté le Cegep dans un accès de colère et d’injustice, Paul part travailler dans une imprimerie. Le bruit des machines et les courses aux cafés ne l’inspirent pas tant, et lorsqu’un ami lui propose de rejoindre un camp pour jeunes défavorisés, au fin fond des bois, pendant les deux mois d’été, Paul accepte sans se poser de question. Sauf que de l’animation, il n’en a jamais fait, du camping à peine et de l’escalade (qu’il est censé encadrer) encore moins ! Débute alors pour Paul deux mois de défis, de rencontres et de révélations, dans le doux parfum des pins et de l’été canadien.

Alter-ego de son auteur, Paul et ses différentes aventures reviennent sur les moments importants de la vie de Michel Rabagliati. Dans Paul a un travail d’été, il s’agit non seulement d’émancipation, mais aussi de confrontation, avec les autres et soi-même. Paul est un jeune homme un peu coléreux, en tout cas peu sûr de lui et un peu perdu. Parachuté dans un groupe d’animateur soudé et amis de longue date, il oscille entre envie d’appartenir au groupe et peur du rejet. Il doit également apprendre en quelques jours à se dépasser, dépasser son vertige pour encadrer des activités d’escalade, dépasser sa crainte de la nature et de ces visiteurs surprises pour passer deux mois dans une tente en pleine forêt, dépasser son incertitude et se construire un personnage à défaut d’une véritable confiance en soi, pour accueillir, accompagner et encadrer des jeunes garçons et filles adolescents.
D’un apprentissage à la dure à la beauté de rencontres imprévues et de moments suspendus dans le temps, Paul va grandir en deux mois et cette expérience unique le marquera profondément.

Michel Rabagliati raconte avec beaucoup de franchise et d’émotion cet épisode particulier de sa vie, ce moment de construction souvent charnière qu’est la première expérience professionnelle, souvent plus importante encore lorsque on la passe avec des pairs et qu’il faut se positionner en personne responsable, sûre et guidante. Il illustre ses déboires et ses peurs avec honnêteté et humour (mention spéciale au raton-laveur), et ses dessins jouent magnifiquement avec les ombres et la lumières pour nous faire ressentir l’oppression d’une nuit angoissante dans les bois ou la chaleur d’un moment de repos au bord du lac.

Un très bel album pour une histoire simple et forte, qui parlera à tout le monde (et au passage on apprend un peu de québécois !)

La Pastèque
152 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.