Dessiner encore – Coco

Quand j’ai entendu aux infos, ce 7 janvier 2015, qu’il y avait eu une attaque contre Charlie Hebdo, je n’ai pas tout de suite pris la mesure du drame. Je repensais aux attaques précédentes contre l’hebdomadaire, violentes, mais sans morts, tout en me préparant un énième thé. Et puis le journal a continué, et j’ai compris que non, ce n’était pas pareil. Cette fois, ce n’était pas une nouvelle tentative d’intimidation, de faire peur. Cette fois, nous avions basculé dans l’abîme. Je me rappelle, le lendemain au réveil, des silences pleins de larmes dans la matinale de France Inter, retour indicible à la réalité, et des jours suivants, embués, embrumés. Et des mois suivants. Noirs, sanglants, terrifiants et incompréhensibles.
Ce 7 janvier, Coco a survécu. Alors qu’elle quitte la conférence de rédaction pour aller chercher sa fille à la crèche, elle se retrouve sous le canon des kalachs des assassins, et devra les mener jusqu’aux bureaux. Une place inimaginable.

Dans Dessiner encore, elle raconte donc ses attentats. Mais pas que. Elle nous raconte aussi son Charlie, la place de ce journal dans son parcours, l’apprentissage auprès de ces grands noms du dessin satirique, les conférences de rédaction au milieu de ce groupe bruyant et débatteur, qui refaisait le monde en le bousculant de la pointe du crayon. La présence de Cabu à l’autre bout de la table de rédaction, les premiers reportages confiés par Charb, et la pression constante autour du journal. Car Charlie, ce n’est pas n’importe quel journal. Impertinent indispensable pour certains, raciste, insultant, bête pour d’autres, les qualificatifs ne manquent pas, comme les débats, récurrents, sur les unes, les caricatures et autres productions du canard. Coco raconte tout cela, à travers le prisme de sa survie. La place de Charlie dans sa vie et dans la vie du pays, dans l’espace médiatique, politique, traçant, de dessins en polémiques, le chemin bientôt ensanglanté vers le 7 janvier.

Comment reprendre sa vie quand on a vu ses collègues, ses amis mourir, et qu’un hasard monstrueux nous laisse debout ? Coco, depuis les attentats, est submergée par une lame de fond qui la frappe, l’emporte, la plaque au sol. Elle essaie de comprendre, de trouver du sens à l’insensé. Dans ce beau pavé, elle partage son chaos intérieur dans des planches d’une grande profondeur. La peur, l’enfermement dans le traumatisme et les tentatives diverses pour en sortir, les moments de légèreté passés qui se battent désormais avec les fantômes ressortent de ses pages, en noir et blanc et bleu puis dans d’éclatantes planches aux traits simples et aux couleurs saisissantes qui tentent de faire surface, comme Coco tente de flotter sur cette mer traumatique. Au fil des échanges avec son psy, elle essaie donc de cerner son 7 janvier et tout ce qui s’y rattache, d’accepter cette faille qui sera toujours là et apprendre à y funambuler.

Pour celles et ceux qui, comme moi, ne connaissaient de Coco que son crayon satirique, c’est également une superbe découverte d’une autre facette artistique de la dessinatrice. Elle propose un travail très poétique et imagé, qui nous embarque d’autant plus dans sa lutte intérieure.

Un témoignage nécessaire dans un livre dur et poignant à la beauté apaisante.

353 pages
Les Arènes BD

2 thoughts on “Dessiner encore – Coco

  1. J’ai pu entendre sur un autre billet l’entretien avec Léa Salamé sur France Inter, où Coco va au fond des choses sur son vécu tel que transcrit dans ce « récit graphique ».
    Merci pour votre chronique, que j’ai mise en lien.
    (s) ta d loi du cine, « squatter » chez dasola

Répondre à Mars Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.